Association

Viens va vers toi

Poésies

Méditations

Images

Livre d'Or

Liens



www.autre-rive.net




Bannière réalisée à partir d'un tableau du merveilleux peintre visionnaire Mario Duguay.

Site conçu et réalisé par: Josiane Geuns / Soleilamethyste / Belgique.

La Peur de Perdre





« Cesse de courir après ton cheval ;
s'il t'appartient, il va revenir. »


proverbe chinois





Le cheval, cela me fait aussi penser à la personnalité…les peurs de se perdre ne sont elles pas surtout de l’ordre de la personnalité ?

Mais ce proverbe chinois est rassurant aussi dans le sens où je me rends compte que je ne peux perdre que ce qui ne m’appartient pas vraiment. Dès lors pourquoi craindre ?

Tout le monde connaît la peur.

La peur, c'est toujours la peur de perdre quelque chose. La peur est une émotion intense qui peut figer l'individu.

Que le danger soit réel ou imaginaire, la peur donne parfois l'impression qu'il est question de vie ou de mort.

Au départ, la peur existe afin de permettre à l'individu de survivre. Le cerveau enclenche un processus permettant de concentrer l'apport d'énergie dans les endroits du corps qui en demanderont le plus.

Lorsqu'un animal connaît la peur, les mêmes mécanismes s'enclenchent dans son corps afin de lui permettre de choisir entre deux choses possibles : la fuite ou l'attaque.



Mais l’être humain confronté à la peur n’arrive parfois pas ou plus à utiliser ces processus de survie…la peur devient paralysante pouvant créer des comportements inadéquats…elle occasionne un stress inutile qui s’accumulant dans l’organisme peut être à l’origine de maladies diverses…

De plus, les peurs sont parfois profondes .La plupart du temps, elles sont d’origine inconsciente : peur d’être abandonné, délaissé…elles peuvent agir de ce niveau inconscient contre notre gré et influencer nos décisions, nous faisant presque perdre notre liberté, notre discernement…elles ne sont pas ressenties consciemment…

Que faire ? Dans la mesure du possible les conscientiser, les accepter pour les transformer, ne pas avoir peur des peurs et apprendre à gérer le stress, en faisant face…

Les apparences peuvent être trompeuses...une période de souffrance plus intense peut justement précéder une étape d'éclaircissement, un saut qualitatif...un nouveau nettoyage intérieur...

Parfois un détail peut être l'occasion dans ces moments d'un éveil: une image croisée en chemin, un rêve...tout peut être source d'informations...

Chaque fois que nous avons peur, le souffle devient court, le cœur bat plus vite, le sang cesse de se rendre aux extrémités. Le corps secrète de l'adrénaline. Physiologiquement, nous avons exactement les mêmes réactions que les animaux.

L’âge nouveau qui vient annonce je pense la fin de l’ère de la peur…ces peurs d’origine « animale » ne seront plus nécessaires…d’autres processus de vie plus positifs, créatifs et constructifs se mettent en place pour remplacer les vieilles peurs….



La peur prend parfois des formes difficiles à déceler, elle nous fait reporter continuellement des décisions importantes ou nous empêche d'améliorer notre qualité de vie.

Je pense qu’il existe comme des empreintes dans le système nerveux qui finissent par nous « obliger» presque à répéter inlassablement nos vieux schémas même dépassés…

La bonne nouvelle c’est que par un travail régulier et répété, nous pouvons transformer ces vieux schémas…En se liant régulièrement à « La Lumière », à notre « Moi Supérieur «, à l’Amour « … notre Individualité met en lumière et transforme notre personnalité. Ainsi et de manière qui peut sembler paradoxale, les vieilles peurs peuvent ressurgir davantage pour justement se mettre en lumière, se montrer pour disparaître….

En fuyant et/ou en attaquant, l'animal se libère des toxines que son mécanisme a secrétées. Nous pourrons donc le retrouver un peu plus tard en train de dormir calmement pour récupérer.

Dans le corps humain, il en va de la même, mais de manière générale, les individus ne peuvent fuir et/ou attaquer toutes les situations désagréables. Les toxines secrétées par les stress de la vie courante qui devaient donc s'éliminer par l'effort physique, restent dans le corps et l'intoxiquent graduellement.

Si la personne est soumise à des stress constants, son mécanisme aura tendance à devenir « hyper vigilant ». Son cerveau trop actif se mettra à identifier à tort des situations dangereuses alors qu'elles sont en fait inoffensives. Elle aura de plus en plus de mal à se reposer pour récupérer ou à l'inverse dormira "trop"...



D’une certaine manière, nous ne pouvons pas « arracher» ou enlever…mais nous pouvons toujours ajouter par-dessus de nouvelles empreintes…

Ou, nous pouvons arracher mais alors au risque de perdre une réserve d’énergie précieuse qui est destinée à servir de canal utile à notre soi véritable…

Confronter ses peurs nous ramène vers le centre de nous-mêmes, vers notre essence, nous donne confiance en nous et en nos ressources.

Il arrive aussi que les gens perdent un emploi pour en obtenir un autre plus intéressant par la suite. Le fait de perdre ne fait pas de nous quelqu'un d'amoindri. On peut très bien se retrouver gagnant ou grandi d'avoir « perdu ».

Notre valeur n’est pas dépendante des circonstances extérieures de nos vies…

Faire confiance en la vie nous aide à rester en santé. La vie fait en sorte que parfois nous gagnons, et que parfois nous perdons. Gagner tout le temps ne nous apprendrait pas grand chose de neuf.

De plus, gagner vraiment tout le temps nous rendrait sûrement prétentieux et désagréable envers les autres."Perdre"...une école d'humilité?? Pour mieux servir?? Dans le sens noble du terme!!

C'est donc plus facile de s'adapter à la vie lorsque la peur n'y fait pas obstacle.

Il est important de vaincre les faiblesses de la personnalité en marchant vers l’unité.

Pourquoi ? Pour retrouver santé, bonheur et joie par exemple.

Et qu’est ce que marcher vers l’unité, c’est marcher vers le centre, son centre, sa divinité intérieure, Dieu qui est aussi partout.

Il existe deux forces, la force centrifuge et la force centripète, la force qui rassemble vers le centre et celle qui distribue vers l’extérieur, le masculin et le féminin…

Et ce aussi bien au niveau de la personnalité qu’au niveau de l’individualité. Utiliser la force qui disperse sans être assez « centré », amarré à son centre entraîne la dislocation, la dispersion, la maladie.

Lorsque l’on est assez centré, on donne de son individualité, on distribue Amour et Lumière sans se perdre, c’est l’androgyne, l’aleph qui sait comment recevoir et donner. Se perdre est signe que l’on donne à partir de sa personnalité qui elle est toujours limitée. C’est pourquoi, il est important de continuer sans cesse le travail de méditation, de tracer le chemin vers le centre.

L’unité c’est lorsque le corps, l’âme et l’esprit travaillent ensemble. Toute dualité cesse et tout travaille et s’unit, ensemble vers le même idéal d’Amour divin et de Sagesse.

L’Amour Divin et La Lumière qui est aussi connaissance et sagesse sont avec l’Action juste les trois clés de résolution de nos souffrances intérieures.